Créer un site internet

À propos de Valérie Flatin-Evrot votre architecte DPLG à Lyon

Valérie Flatin-Evrot se définit elle-même comme une femme architecte. Diplômée de l’école d’architecture de Lyon, elle a déjà réalisé de nombreux projets relevant de son domaine de compétences sur Lyon et la région Lyonnaise. Que ce soit pour des constructions neuves, des élévations, des extensions ou des formalités administratives pour l’obtention des permis de construire, son expertise a permis de satisfaire de nombreux clients. 

 

 

C’est quoi, une architecte DPLG ?

Valérie Flatin-Evrot est Architecte DPLG. Si on a tendance à appeler « architecte » toute personne issue d’une école d’architecture, il existe néanmoins une différence entre ce terme et architecte DPLG. Ce sigle signifie Diplômé par le Gouvernement. Cette distinction était accordée à des personnes qui remplissent un certain nombre de conditions. La première de ces conditions est que le lauréat doit avoir un diplôme d’architecte correspondant à Bac+6. À la condition académique s’ajoute celle de s’inscrire à l’ordre national des architectes et d’y verser ses cotisations de membre. L’architecte DPLG doit également s’inscrire à l’ordre régional des architectes et souscrire à une assurance professionnelle décennale.

 

La naissance d’une vocation

Diplômée en 1992 et après avoir été collaborateur architecte pendant dix ans, elle a constaté que l’humain n’était qu’un maillon de la chaîne dans les gros projets. Bien qu’ayant apprécié cette expérience, Valérie Flatin-Evrot a voulu recentrer son effort sur des projets à taille humaine où elle s’occupe de tout de A jusqu’à Z. C’est ainsi qu’elle a créé VFE Architectes en 2004 dans le 9ème arrondissement de Lyon. Son cabinet y est toujours situé à ce jour. Elle a participé activement à la réalisation des besoins de construction, de rénovation et d’extension des bâtiments de ce secteur géographique.

 

Sa vision du travail d’architecte

La création de ce cabinet d’architecture répond à une aspiration à plus d’humanité dans les projets architecturaux. En effet, c’est le plaisir de partager une expérience avec les propriétaires de maisons qui la motive. Elle estime qu’une maison ou un édifice, c’est plus que des murs, ou un toit : c’est une histoire à raconter, ce sont des expériences inoubliables que les propriétaires souhaitent conserver, même après extension ou rénovation. C’est pourquoi lors de rénovation, Valérie plaide pour une intervention "douce" qui ne consiste pas à tout détruire mais plutôt à coloniser l'existant, considérant que recycler, adapter, transformer, inventer d'autres usages est susceptible de s'avérer plus pertinent que de tout démolir pour reconstruire en neuf.

 

Architecte mais surtout « humaine »

Pour Valérie, être femme architecte c’est apporter une sensibilité sur le terrain qui permet une touche certaine d’innovation dans les structures, les formes et les agencements. 
Cette sensibilité et cette volonté de revenir à quelque chose de plus humain l’ont amenée à travailler avec des artisans avec lesquels elle collabore depuis maintenant presque 20 ans. C’est véritablement une famille qui s’est constituée au fil de ces décennies. 

Cette dimension humaine se traduit par une forte considération pour ses clients avec qui elle partage des interactions chaleureuses. C’est pourquoi lorsqu’elle travaille sur ses projets, elle ne considère pas cela uniquement comme  l’occasion « de faire des gains » mais aussi d’accompagner des personnes à la réussite d’un projet. Cette considération de l’autre la pousse à trouver  des tas de  solutions pour que les clients soient à l’aise chez eux, même pendant la durée des travaux. Elle essaye au maximum de se mettre à leur place. Au-delà de l’aspect technique du bâtiment, la dimension affective que Valérie apporte à ses projets, séduit ses clients à tous les coups.